Le chef d'entreprise et l'Etat providence

  • Accueil

Covid-19 mensonges et vérité

Mensonges et vérités

En novembre 2019, un coronavirus susceptible de conduire à un syndrome respiratoire mortel est né sur un marché aux animaux de Wuhan.

Il a envahi une province chinoise puis l’Asie. Deux mois plus tard, l’épidémie a gagné l’Italie et s’est transformée en pandémie. Trois milliards de personnes sont confinées. Il s’agit d’un des plus gros scandales sanitaires que l’humanité ait connu à plusieurs titres.

Des animaux sauvages élevés ou vendus dans des marchés dépourvus d’hygiène sont à l’origine d’épidémies récurrentes en Chine. Les gouvernements occidentaux n’ont pas tiré les leçons des épidémies passées et ne se sont pas préparés. Les pays manquent de respirateurs et surtout de masques et ceux qui sont utilisés ne sont pas toujours conformes à l’usage. Ils entraînent la contamination parfois mortelle des soignants. Il semblerait que plus de 300 membres du corps médical sont contaminés en France au 30 mars 2012. Les représentants des médecins réclament des tests systématiques. 

Les états prétendent que les masques vont arriver, que les confinements ne dureront que deux semaines. En fait, ils sont démunis. En France, la situation est caricaturale : une ancienne ministre de la Santé, Roseline Bachelot avait prévu la pandémie et stocké, 5 milliards de masques chirurgicaux et 60 millions de masques FFP2-N95 indispensables pour protéger les soignants. Ils ont disparu et n’ont pas été remplacés! La minsitre en poste au début de la pandémie a abandonné son poste pour se présenter aux élections municipales. Les autorités compétentes ont expliqué que les masques étaient inutiles pour les personnes non malades et n’ont pas pu protéger les policiers, les caissiers, les vigiles et tous les fonctionnaires au contact avec le public.  Un milliard de masques ont été commandés en Chine. Compte tenu des commands qui arrivent de tous les pays et des capacités de fabrication, la Chine mettra plusieurs mois à répondre à la demande et il existe un risque que des fabricants peu sérieux se créent pour vendre à prix fort des masques non conformes qui seront des passoires à virus. 

Le seul espoir à court terme se trouve dans la découverte par le professeur Didier Raoult d’un traitement d’inactivation du virus par Azithromycine et hydrochloroquine. Il a été victime de dénigrement de certains de ses confrères et même moqué sur la longueur de ses cheveux. Sur pression de personnes qui souhaitent démontrer l’inutilité du traitement, le ministère de la Santé a réservé, dans un premier temps, le traitement à des patients en phase terminale ce qui est trop tard car ce traitement ne peut-être efficace que durant les premiers jours.  En soins intensifs et en réanimation le système immunitaire est débordé, l'inflammation est génralisée et le malade a 50% à 70% de chances  de succomber à la destruction de ses poumons ou à une myocardite fulgurante. Il a fallu l’intervention d’Emmanuel Macron pour mettre en route des essais cliniques sur les cas précoces.

L’auteur dénonce le caractère tardif et progressif du confinement en Europe. Le délai accordé aux Européens les a conduits à se ruer sur les magasins et à partir en province. Cet exode a porté le coronavirus dans les provinces les plus reculées, pauvres en systèmes de santé. L’auteur dénonce le manque de créativité et la frilosité des décideurs. Il propose de réutiliser les masques après avoir inactivé le virus afin de protéger les soignants et la population. 

Il n'est pas possible d'imprimer actuellement l'ouvrage compte tenu du confinement.  Nous allons le mettre en vente  sur Amazon ou Kobo. Ensuite il sera actualisé, imprimé de diffusé dans le cadre d'une édition à compte d'éditeur par Viasocial. 

Vous pouvez acceder au livre sur Amazon ou sur Fnac Kobo en cliquant sur les liens.